Archives de Catégorie: Coaching parental

Education positive, bienveillante, discipline positive, c’est quoi ?

Par défaut

Je partage les propos de Charlotte Ducharme auteure de « Cool parents make happy kids » sur l’éducation positive :

– Quand on est parents, on essaie de transmettre plein de valeurs clefs à nos enfants, mais la façon dont on s’adresse à eux donne parfois l’exemple inverse. Or, l’enfant apprend avant tout par imitation. Si on lui crie pour la 4ème fois de se tenir bien, ce qu’il va d’abord apprendre c’est… à s’exprimer en criant. Il est donc important de s’adresser à son enfant comme on aimerait qu’il s’adresse aux autres. 

– Éviter d’être dans le rapport de force permanent. Ce n’est malheureusement pas en l’obligeant à être gentil, par exemple qu’il aura envie d’être gentil. La clef est de lui donner ENVIE d’être gentil, de faire naitre chez lui cette valeur. L’enfant doit apprendre à respecter les règles parce qu’il sent qu’elles sont bonnes, plutôt que par peur d’un parent autoritaire et de s’y soumettre. Voilà le type de sujet dont je vais parler dans le blog afin d’apporter aux parents des solutions concrètes pour éviter de se retrouver avec son enfants dans une situation où l’on souhaite « qu’il m’obéisse coûte que coûte ». Cas où la situation se bloque facilement car l’enfant, et on le comprend, ne veut pas se soumettre.

De plus, lui faire faire les choses par obligations est stérile, car une fois que le « flic » n’est plus là, on recommence. 

– Responsabiliser son enfant. Nous sommes toujours derrière leur dos mais, au fond, cela les prive d’initiatives. On devient leur garde du corps/policier au lieu de leur laisser faire toutes les choses qu’ils pourraient faire seuls et qu’ils aimeraient faire seuls : changer les piles du train, éplucher les courgettes, nettoyer la table, etc. Deux atouts : cela nous repose et eux gagnent en confiance. Les enfants aiment plus que tout se sentir utiles, c’est important pour leur équilibre.

L’approche me tente beaucoup  mais j’ai peur d’en faire un enfant capricieux. Je ne sais plus bien ou est la limite entre éducation bienveillante et respect des règles…  Comment ne pas en faire un enfant tyran ? Comment rester à notre place de parent et lui à celle de l’enfant ?

Mon blog ne servirait à rien si l’éducation positive se résumait à l’absence de règles ou aux explications de chaque consigne ! Les règles sont très importantes au contraire ! Ce qui est subtil, c’est d’apprendre à les faire respecter de façon POSITIVE.

Soit en responsabilisant l’enfant, soit par le jeu, soit par la sensibilité, en lui donnant envie de coopérer (par exemple en insistant davantage sur le fait que l’on tient beaucoup au canapé et qu’on serait trop déçu qu’il le tâche, plutôt que sur le fait qu’il est interdit de tâcher le canapé.) L’enfant a naturellement envie d’aider et de coopérer, de faire plaisir…

On amène l’enfant à plus d’empathie. Il va faire les choses parce qu’il ressent que c’est que c’est bon. L’immaturation du cerveau de l’enfant fait qu’il agit plus avec son cœur, ses émotions qu’avec la raison.

Si je lui explique rationnellement que le four est chaud et qu’il ne doit pas toucher, il ne va pas comprendre. Mais il peut les ressentir. Par l’intonation de ma voix, je peux lui montrer que j’ai peur qu’il se brûle et en l’autorisant justement à approcher sa main pour sentir la chaleur, il peut aussi commencer à en prendre conscience.

Comment éduquer les enfants d’aujourd’hui ?

Par défaut

Vous êtes des parents à l’écoute des besoins de vos enfants mais vous rencontrer des difficultés pour gérer leurs colères, à faire respecter les règles de la maison, à harmoniser les relations entre frères et soeurs, à responsabiliser vos enfants, à impliquer vos enfants pour qu’ils fassent leurs devoirs…

Vous êtes un parent à la recherche d’un nouveau modèle éducatif avec des outils efficaces pratiques.

Alors les ateliers de Discipline positive sont fait pour vous…
Ludique, en petit groupe, vous expérimentez tour à tour la place de l’enfant, ses ressentis, celle de parents avec nos modes de fonctionnement quotidien puis vous vivez les outils de la Discipline Positive pour les reproduire plus facilement de retour à la maison.
Pas facile tous les jours d’être parents, certes avec de la ténacité, de la discipline nous pouvons changer notre façon de faire les choses et mettre en oeuvre de nouveaux comportements plus adaptés à nos idéaux parentaux.

Personnellement, j’ai trouvé une synthèse de mes valeurs et des outils pratiques dans les principes de la discipline positive.

Alors, j’ai suivi le cursus pour devenir animatrice d’atelier en discipline positive pour parents et maintenant j’ai envie de vous faire découvrir cette approche.

dp-1.jpg

 

Les mercredis soirs

de 19H à 21H00 au 101 rue michelet à St Leu-la-forêt

Renseignements et Inscriptions au 06 68 86 90 90.

 

Etre des parents fermes et bienveillants

Par défaut

Aujourd’hui on entend de plus en plus parler de parentalité positive et bienveillante.

OK c’est super j’adhère aux concepts, mais c’est quoi un parent positif et bienveillant.

Et bien ça passe par une remise en question en temps que parents, et déjà en se posant la question est-ce que je suis bienveillant(e) envers moi ?

Ma réponse pas toujours.

252591_149102618495206_147998548605613_302701_5300337_nOK je ne suis pas une maman parfaite, pas une femme parfaite, ni une psychologue parfaite. Super, je suis juste humaine avec mes zones d’ombre comme tous le monde. Cependant, je m’efforce de mettre de la lumière sur mes zones d’ombre quand je ne suis pas gentille avec moi-même, pourquoi? La réponse est en lien avec mon passé, mon histoire personnelle, et la réponse à mon problème elle, elle est dans le présent. Est- ce que je veux continue à être mon plus fidèle ennemi ou devenir une amie bienveillante pour moi !

OK, on y est. Alors c’est quoi prendre soin de moi ? De quoi j’ai besoin ? Qu’est- ce qui est important pour moi ? Qu’est ce qui donne du sens à ma vie, qui me donne de l’énergie ? Qu’est ce que je ressens dans mon corps à l’idée de vivre ce que j’ai envie de vivre ? Que dois-je accepter de perdre comme idées, croyances, repères … pour passer à la vitesse supérieure ?

Eh bien, plus je rempli ma coupe de chose qui sont importantes pour moi, plus j’ai envie de partager, plus je peux me mettre à la place de mon enfant le comprendre, l’écouter.

Et ça veux dire aussi, plus je me respect en tant que parent, que j’écoute mes besoins et plus je sais dire non à mon enfant avec fermeté et bienveillance.
Par exemple, quand je ne suis pas disponible pour jouer avec lui. Quand il fait trop de bruit et que mon degré de tolérance est moins élevé aujourd’hui qu’hier.
–  » Mon amour est ce que tu peux jouer plus calmement »
OK, c’est quoi plus calmement. Précisez qu’est ce que vous souhaiteriez à la place.
– « Tu peux allez jouer dans ta chambre, tu peux parler plus doucement,  tu peux faire un dessin …. » plus on est précis, plus en à de chance d’être entendu….

Le métier de parents avec les enfants d’aujourd’hui ça s’apprend avec l’expérimentation, ça passe par un changement de nos comportements, habitudes, de notre manière d’appréhender l’éducation en gardant toujours à l’esprit ce que je veux partager avec mes enfants : quelle relation parents-enfants ?

 

TDA/H et Mindfulness : une approche thérapeutique innovante

Par défaut

Le Dr. Kabat-Zinn a mis en avant l’efficacité de la méditation pleine conscience pour réguler le stress et l’anxiété  et les travaux des Drs. Segal, Williams, Teasdale ont montré son intérêt pour prévenir les rechutes dépressives. 

L’entraînement à la Mindfulness exige focalisation de l’attention et ouverture attentive à l’environnement et aux sensations corporelles. Chez les sujets porteurs d’un trouble TDA/H  la pratique de la Mindfulness  améliore  l’attention, la mémoire, l’anxiété et le stress.

L’entraînement à la focalisation de l’attention sur les sensations corporelles ou les sons permet de prendre un peu de recul et ainsi d’agir et non de réagir, comme d’ordinaire avec une impulsivité exagérée.
Il permet également d’améliorer  la concentration sur une tâche à effectuer tout en retenant une information indispensable à son traitement. Avec des exercices d’attention porté à la respiration, on observera le flux de pensée qui nous traverse et nous détourne de notre exercice nous permettant de prendre conscience de cette distraction de l’esprit et de nous centrer de nouveau sur notre respiration.

Le protocole thérapeutique permettra de s’exercer à :

  • Devenir plus présent, l’attention et les 5 sens.
  • Respirer  en pleine conscience.
  • Diriger et ancrer son attention.
  • Etre conscience de ses sensations corporelles et du mouvement.
  • Observer son mental, ses pensées.
  • Réguler ses émotions.
  • Etre calme pour plus d’efficacité.

Ce protocole inclut un entraînement quotidien basé sur des exercices courts mais nombreux.Les exercices de type méditation assise avec focalisation de l’attention sur la respiration n’excèdent pas quelques minutes, selon les aptitudes de chaque patient.

Personnellement, je suis en train d’approfondir la pratique de la thérapie ACT que je vais compléter par un programme de thérapie cognitivo-comportementale basée sur la pleine conscience spécifique à la double prise en charge du TDA/H chez l’enfant/l’adolescent et ses parents.

Etre parents de jumeaux

Par défaut

Bonjour,

J’ai la joie de vous annoncer l’arrivée de Cloé et Léa. Elles sont nées prématurément le 21 septembre dernier. Après un petit séjour en néonatalogie, la famille commence à trouver ses marques, un nouveau rythme, deux bébés à caliner. Un papa, une maman et un grand frère émerveillés devant ces charmantes petites demoiselles.

Ma recette pour s’occuper de deux bébés :

  • une bonne dose de patience,
  • rester calme quand toutes deux se mettent à pleurer,
  • s’organiser pour le mieux, se reposer quand elles dorment,
  • ne pas hésiter à demander de l’aide,
  • se repartir les tâches avec mon mari …

Et surtout prendre le temps de s’émerveiller, prendre le temps de les observer, de les regarder grandir.

Et donc pour le moment,

je suis en congés maternité

en cas de besoin vous pouvez joindre :

Alexandra RAFFIN KOOPMAN au 06 87 16 62 24 sur Bornel http://lecheminducoeur.com/

ou Pierre CARNICELLI au 06 75 25 34 42 sur Saint-Prix https://carnicelli.eu/

A tout bientôt.